top of page
  • Coline Lefevre

Qu’est-ce que le mouvement Emo ?

Si toi aussi tu es dans ta phase Emo ou que tu es un « Old Emo » alors tu sais ce que représente ce mouvement, mais pour les autres, on vous explique tout !

 


When i was a young boy my father took me into the city… Dégainez vos plus belles vans noires, sweat avec votre groupe préféré et mèche rebelle ! Le mouvement emo est loin de disparaître ! Sans exagérer, ce genre musical a façonné nos adolescences et encore aujourd’hui a un impact fort sur la scène alternative. L'emo c’est est un sous-genre du punk rock, même s’il en fait intégralement partie, cette petite branche est caractérisé par les textes. Car ouais, être emo, c’est être dans l’ÉMOTION ! Les sentiments dans les textes et les interprétations sont au maximum.

 

L’émergence à Washington

 

Arrêtez tout ! Quoi l’emo est apparu avant 2000 ?! P’tèt beh vous vous aviez tout faux. C’est en 1980 que l’emo né pour la première fois à Washington (sont pas fous les ricains hein !) Alors que la scène hardcore commençait à prendre de la puissance, et de la violence notamment avec le groupe Minor Threat, connu pour avoir développé le punk-hardcore, Guy Picciotto décide de former le groupe Rites of Spring en 1984 afin d’alléger les rythmiques. C’est lui qui va écrire les premiers morceaux hypers profonds et personnels que nous connaissons aujourd’hui. Mais vous allez dire que la profondeur des textes était déjà d’actualité chez d’autres artistes. Sauf que le emo, ce sont des textes sombres mettant en avant le désespoir, la dépression, l’amertume, la nostalgie… (joyeux hein) Bref, quand on met nos écouteurs, c’est un peu comme si les groupes nous prenaient pour leur psy. Une émotion tellement intense qui capte les situations personnelles de chacun, que dans le public, certaines personnes versaient des larmes (encore aujourd’hui d’ailleurs). Le son on l’a, mais d’où vient le nom ? Rien n’est vraiment certain. Des journalistes disent que l’origine provient d’une contraction avec le hardcore « emo-core », qui fut d’ailleurs plutôt détestée par les groupes de l’époque. C’est en 1993 que la première utilisation officielle fut actée par le New Musical Express et le dictionnaire Anglais.


Quand le punk devient la mode

 

Si les premiers groupes ne font pas long feu, le mouvement continue son chemin, se renforce dans les années 90 et commence son expansion au-delà de Washington. Jawbreaker et Sunny Day Real Estate propulse la musique emo à travers les USA. Face à lui : le grunge. Les ados s’emparent du mixte. Le rock devient « tendance » et devenir punk devient la mode (oui oui c’était la mode à l’époque !!) L'album de Jawbreaker, 24 Hour Revenge Therapy, sorti en 1994, devient  un mythe. Le groupe s’envole même avec Nirvana et Green Day en tournée. Dans la rue, des affiches de groupes indépendants tapissent le mobilier urbain. Le rock alternatif devient une culture populaire. Du moins, aux États-Unis, car en France, la mode, c’est la variété Française (youpi la variétoche !). Green Day et The Offspring deviennent disques de platine avec Dookie et Smash. La quasi-totalité des groupes viennent des USA ou du Midwest comme Jimmy Est World ou encore  American Football. C’est à ce moment que l’emo devient une catégorie de genre, une catégorie sociale. La musique d’ado en pleine croissance qui ne sait pas gérer ses émotions. Les New-Yorkais, Texas is The Reason mélangent les mélodies et inspirent les plus grands groupes avec leur album Hello Bastards sorti en 1995.


Décollage immédiat en l’an 2000

 

Les labels se multiplient, la popularité de l’emo est à son comble. L'album de Jimmy Est World, Clarity, sorti en 1999, est l'un des albums emo les plus importants de la fin des années 1990, et en devient une inspiration pour les futurs groupes. Green Day, Weezer, New Found Glory décollent dans les charts avec l’arrivée d’internet et décrochent de nombreux titres qui feront accentuer leur popularité auprès du grand public. L’emo est partout, sur les magazines, dans la mode, dans la rue… Blink-182, The Used, Panic ! At the Disco, Fall out Boy ou encore Paramore apparaissent sur Skyblog et créent leurs communautés de fans à travers le monde entier. Le cinéma s’empare du genre notamment Spider-Man avec This photograph is Proff de Taking Back Sunday qui fait partie de la bande originale ou encore Paramore qui signe Decode et Caught Myself dans Twilight.

 

Aujourd’hui, les groupes de l’époque ont tous évolué, certains gardent leur âme émo, d’autres ont changé de registres. L’évolution musicale a fait émerger de nouveaux genres mêlant scream et rap. C’est quand même grâce à l’emo que nous avons autant de supers groupes et musiques qui ont bercé notre jeunesse.

Comme certains pouvaient écrire sur leur Skyblog ou MSN : EMO FOREVER !

Je vous envoie un wizz ;)


Rédaction : Coline Lefèvre

Comments


banniere pub tst radio (Publication Instagram (Carré)).gif
Merci pour votre envoi !
banniere pub tst radio basse def.jpg
bottom of page